0 3 minutes 3 mois

La Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo MONUSCO vient de  fermer hier mardi 9 avril 2024 sa base de contingent chinois du département de l’ingénierie située à Amsar, à 8 kilomètres de la ville de Bukavu.

Au total, 220 casques bleus ont fermé leurs valises et quittent la République Démocratique du Congo où ils sont en service depuis avril 2003.

Ce départ s’inscrit dans la ligne droite du processus du retrait progressif et organisé de la Monusco sur le sol congolais, initié depuis janvier 2024.

La représentante spéciale du secrétaire général et cheffe de la Monusco en République démocratique du Congo, Bintou Keita, fait savoir que ce contingent chinois a contribué au renforcement des infrastructures de la province du Sud-Kivu grâce à une série de projets dont la réparation des routes, la réhabilitation des ponts et constructions des héliports.

Ces projets ont contribué à la facilitation de la mise en œuvre du mandat de la monusco dans la région, renchérit Bintou Keita

De son côté, le vice-gouverneur et gouverneur intérimaire, Marc Malago Kashekere qui a pris part à la cérémonie d’hommage salue la réalisation de ce contingent chinois et la mission de la monusco dans la province du Sud-Kivu.

Les biens laissés seront définitivement remis entre les mains du gouvernement Congolais après un accord avec l’ambassadeur de la chine en RDC et la monusco.

La parcelle où est situé ce camp d’Amsar appartient à un particulier.

Il sied de dire que la base de Kamanyola, récemment fermée aussi et remise au gouvernement pour servir à un camp de la police nationale Congolaise PNC cause problème.

Le propriétaire de la parcelle où est située cette base aurait refusé de résigner un contrat de location avec le gouvernement Congolais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *