Patrimoine mondial : 50 ans du Pnkb, un jubilé d’or plein des défis liés au fonctionnement.

Le Parc national de Kahuzi Biega Pnkb, mobilise plus de deux millions de dollars américains chaque année en termes de revenus touristiques, et  subvention de l’Etat congolaisUne révélation au grand jour, mais qui n’aide pas cette réserve à sortir du gouffre.

Selon la société civile œuvrant dans la thématique environnementale, ce montant serait insuffisant pour couvrir tous les besoins en termes de conversation et protection de ce patrimoine mondial.

D’après le coordinateur de la société civile environnementale, le Pnkb ne vit actuellement qu’avec 40 dollars américains /hectare pour couvrir toutes les charges liées à son maintien.

Ce fonds est destiné à assurer le suivi des gorilles, à lutter contre le braconnage et la déforestation ainsi qu’à payer les éco-gardes. Ce, dans une surface d’une heure pendant une année civile.

Josué Aruna pense que si l’Etat congolais, et toutes les autres entreprises publiques et paraétatiques telles que la Regideso, la Snel et la Sinelac rétrocèdent au PNKB ce qui lui revient vraisemblablement, sa ratio de conversation quitterait 40 et atteindrait 604 dollars américains par hectare.

Le PNKB à lui seul contribue à hauteur de 49% en termes de fourniture en quantité d’eau déversée dans le lac Kivu. Une des raisons, selon cet acteur de la société civile, est de protéger ce patrimoine en cette période où le monde fait face à des effets liés au changement climatique.

« Le PNKB traverse ces derniers temps un moment critique. Il est lié à son faible financement.  Ce parc dépend financièrement, à 85 % de l’extérieur. Les 15 % restants sont tirés du service de tourisme et contribution de l’Etat », certifie notre source.

Suite à une mauvaise image du parc répandue par certains acteurs de la société civile, la banque allemande ‘’KFW’’ qui couvrait le salaire des éco-gardes s’est retirée. Aujourd’hui, les gardes-parcs accusent dix mois d’arriérés de salaire.

·        Trésor Ilanga

·        Egide Kitumaini

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


[aps-social id="1"]