0 3 minutes 2 semaines

L’éditorialiste et la caricaturiste du journal Le Souverain Libre estiment que le nouvel exécutif provincial, le gouverneur Jean Jacques Purusi et le vice-gouverneur Jean Jacques Elakano, tombent sur des dossiers lourds et encombrants.

Les tenants de la création de l’éventuelle province d’Elila disent ne pas comprendre l’omission de certaines communautés dans le gouvernement de Kinshasa.

Selon eux, des nouvelles provinces peuvent être créées par regroupement ou démembrement.

Les opposants à la thèse dénoncent l’érection d’une nouvelle province sur des identités alors que le pays compte plus de 450 tribus ou communautés.

Ils recommandent le langage de cohésion qui favorise la gestion et le travail sur les actions de développement.

Le journal fait observer que l’actuel gouverneur du Sud-Kivu est du territoire de Kabare, son adjoint du territoire de Fizi, et le président de l’assemblée provinciale du territoire de Mwenga.

Les députés provinciaux viennent d’approuvent le programme d’action du nouveau gouverneur du Sud-Kivu.

L’homme promet gouverner dans la transparence et pouvoir mobiliser chaque mois au moins 5 millions de dollars de dollars.

Il annonce la restructuration de la Direction provinciale d’encadrement et de mobilisation des recettes, la DPMER.

D’après lui, les erreurs du passé dans la gouvernance par tâtonnements, dans le gouverner autrement, sont révolues et seront corrigées.

Le gouvernement Purusi 1 comprend 10 ministres et 3 secrétaires exécutifs, 10 messieurs et 3 dames.

Cela étant, 5 kilomètres des routes secondaires sont en train d’être pavés.

C’est sur entre autres les axes Athénée d’Ibanda, Mater Dei – Edap, Avenue Kindu, Route d’Uvira et Avenue de la Montagne à Nguba.

Et c’est pour désengager le boulevard Lumumba, l’artère principale de la ville, où les embouteillages des véhicules grossissent et durent longtemps.

Les colonnes du numéro 316 du Souverain Libre contiennent d’autres articles intéressants.

C’est comme les papiers sur la démolition des maisons dans le bassin de natation du Collège Alfajiri, le recyclage des déchets textiles à Bukavu, et la consommation abusive des boissons fortement alcoolisées à Walungu.

Dieudonné Malekera

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *