0 2 minutes 4 mois

Une situation qui se manifeste depuis plusieurs mois déjà dans la ville de Bukavu.

 Les personnes les plus victimes de cette instabilité du prix des marchandises sont des hommes et des femmes à faible revenus.

Certaines femmes rencontrées au marché de Nyawera ce mercredi 13 mars 2024 s’indignent.

Une d’elle qui a requis l’anonymat relève qu’un kilogramme de haricot qui s’achetait à un prix de 3000Francs Congolais, aujourd’hui se vend à 4000fc, un kilo de farine qu’on négociait à 1500FC le prix est maintenant fixé à 2500FC.

Et de poursuivre qu’un sachet de sel qui était à 500FC prix unitaire s’achète aujourd’hui à 800fc et un verre de sucre quitte de 500fc à 800FC.

Elle parle d’un déséquilibre total dans ses économies et ravitaillement

Le président de la ligue des consommateurs des services au Congo Kinshasa, Licoski , Mizo Kabare laisse entendre que la responsabilité incombe  au  ministère de l’économie nationale et de la division provinciale de l’économie au Sud-Kivu .

Qu’au préalable, mobiliser et de dépêcher les inspecteurs de finances pour mener des enquêtes et veiller au respect des structures des prix.

Il demande aux consommateurs d’être vigilant et de s’unir pour contrer ces défis.

Lamberte Wakenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *