DCSC : Un atelier pour analyser le contexte de gouvernance et actualiser un plan stratégique triennal.

« Il n’est pas bon de jeter un discrédit sur les membres du bureau sortant de la société civile du Sud Kivu». Ceci est une réponse à l’égard des  personnes qui pensent que le bilan du comité sortant est mitigé.

Des discussions ont été menées dans ce sens au cours d’un atelier d’analyse du contexte de gouvernance par différents acteurs du bureau de coordination de la société civile du Sud Kivu.

L’occasion faisant le larron, ces acteurs ont actualisé le plan stratégique pour la période allant de 2021 à 2023. Pour quelques sociétaires de cette structure citoyenne œuvrant au Sud Kivu, le mandat finissant comporte plusieurs forces mais également des faiblesses.

Marie Migani, présidente sortante du bureau de coordination de la société civile pense que chaque composante doit assumer ses responsabilités afin qu’elle soit évalué objectivement à l’issu de chaque mandat.

Elle indique que le bureau est constitué des délégués à travers 14 composantes que comprend la société civile. Il y a également des responsables représentants les noyaux communaux et territoriaux. Pour la première fois, « la composante médias » sera représenté dans l’Assemblée Générale Elective par dix délégués qui détiennent aussi le droit de vote. Ils sont également éligibles.

Adrien Zawadi, Migani Binti, Nicolas Kyalangalilwa et Déo Buuma,  appellent  les futurs acteurs et actrices à relever les défis car le bureau de coordination n’est pas à la charge d’un seul individu mais à l’ensemble des composantes.

Joëlle Bufole

 

Partager pour informer les autres

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*