Politique: Les partisans de l’Union pour la nation congolaise, UNC, inondent et encombrent les rues de Bukavu.

Ils réclament à tue-tête la libération de leur leader Vital Kamerhe dont le procès en appel reprend le lundi 31 mai.


Avant-midi de ce vendredi 28 mai 2021, les drapelets rouges et blancs de l’Union pour la nation congolaise, UNC, colorent l’avenue Patrice Lumumba, le principal boulevard de la ville de Bukavu.


Les membres et militants du parti cher à Vital Kamerhe sont enthousiastes et engagés. Le soleil caniculaire de la saison sèche ne les dissuade pas à manifester et à réclamer à tout prix la libération de leur leader.


Les chants et les cris arrivent, dirait-on, au ciel et en enfer. Les calicots qu’ils brandissent portent des messages revendicatifs : Libérer Vital Kamerhe, Kamerhe est innocent, vos maisons préfabriquées commencent à moisir dans le camp Tshatshi.


Dans leur mémorandum, l’UNC demande au président de la république de faire preuve de clémence et libérer son frère Vital Kamerhe. Ils sont ensemble depuis 2018, à l’époque des élections.


Le directeur de cabinet du gouverneur de la province du Sud-Kivu, Jean Claude Mubalama, a réceptionné ces réclamations. Il a promis de les faire parvenir à qui de droit.


Cette marche a commencé au bureau fédéral de l’UNC à la Place Mulamba. Elle s’est terminée au cabinet du gouverneur de la province à Nyamoma Labotte.


Georges Ulysse Kitoka

Partager pour informer les autres

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*