Bukavu : certains habitants de l’Isgea préfèrent prévenir que guérir.

Aucun locataire ni propriétaire d’une habitation n’abritent dans les maisons accidentées au niveau des édifices dont les murs de soutènement ont connu un glissement. Pour eux, c’est une façon de prévenir le danger.

Selon le constat fait ce vendredi 29 janvier 2021 par un journaliste du souverain libre, les ménages qui vivaient dans ces maisons ont quitté.

Ils ont certainement suivi le mot d’ordre du gouverneur de province Théo Ngwabije Kasi. Certains ont trouvé des maisons de location et d’autres logent dans des familles d’accueil pour leur sécurité.

Par ailleurs, les débris de ces murs écroulés sont encore visibles sur le toit des bureaux administratifs de l’UNIC. Des fissures visibles sur les murs font peur aux passants.

Cette situation devrait interpeller d’autres personnes qui résident encore dans des sites non aménagés sur le plan foncier.

Suite aux pluies diluviennes qui s’abattent sur la ville de Bukavu, la population est appelée à éviter le pire.

Le dimanche 17 janvier 2021, une pluie torrentielle a été à la base du glissement des murs de soutènement sur l’avenue ISGEA.

Cette catastrophe a conduit certains propriétaires et locataires des différents logis à déménager, car dit-on, mieux vaut prévenir que guérir.

·         Rachel Fadhili

Partager pour informer les autres

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*