0 2 minutes 4 mois

L’ONG Diobass, Femmes en action, vient de valider les données de bio monitoring autour du Parc National de Kahuzi Biega, PNKB. C’est hier mardi 9 avril dans la salle service métal à Katana Centre.

D’après sa coordinatrice Wivine, l’ONG Diobass, Femmes en action, a pour mission de trouver des solutions fondées sur la nature, pour améliorer les conditions de vie des filles et femmes âgées de 15 à 55 ans.

Elle vise aussi l’équilibre du genre. Le facilitateur du jour, le professeur Balagizi, explique les 4 points de bio monitoring.

Selon lui, il s’agit entre autres de la profitabilité, de responsabilité, et de la citoyenneté.

Les moniteurs forestiers relèvent, à travers l’analyse SWOT, les forces, les faiblesses, les opportunités  et les menaces du PNKB.

L’acronyme  signifie an anglais, strengths, weaknesses, opportunities et threats.

Les écogardes, chercheurs, moniteurs forestiers et services étatiques, ONG et associations des femmes pygmées autochtones  ont participé à cet atelier du Diobass femme en action.

Il y avait aussi les chefs des groupements de la zone d’étude qui couvre partiellement les territoires de Kabare et Kalehe.

 

Philomène Bikuba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *