0 3 minutes 4 mois

L’organisation lutte nationale contre la pauvreté, Lunacop, vient d’organiser un atelier le samedi 16 mars 2024 à l’hôtel Witness situé sur l’avenue Kibombo dans la commune d’Ibanda, ville de Bukavu.

Les acteurs de la société civile échangent sur l’injustice vaccinale dans le monde et l’inégalité des vaccins contre les Covid-19 pour toutes les nations.

Ces échanges s’inscrivent dans le cadre de la campagne pour la justice vaccinale à toutes les nations.

Pour Aristide Wilondja Mwili, coordonnateur national de la Lunacop en Rdc, l’objectif de cette activité vise à sensibiliser les acteurs des organisations membres de la plateforme Lunacop et les autorités étatiques sur leur rôle en rapport avec la justice vaccinale.

Les participants ont fait un constat, selon lequel la majorité des vaccins administrés chez les enfants tout comme chez les adultes sont fabriqués en occident.

Ils ont également constaté que les règles commerciales aggravent la situation. L’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce de l’Organisation mondiale du commerce accorde aux pharmaceutiques le contrôle sur la production et la distribution, leur apportant d’énormes profits.

Ils ont estimé que les chefs d’État africains ont le pouvoir de mettre immédiatement fin au monopole des géants pharmaceutiques sur les vaccins, les tests et les traitements contre les pandémies et les épidémies.

Cela pourrait permettre aux chercheurs des pays africains de produire les médicaments vitaux et vaccins abordables dont leur population a désespérément besoin.

Les Africains en général et les Congolais en particulier ont du mal à se faire accepter par les scientifiques occidentaux pourtant, ils détiennent la compétence de fabriquer les vaccins.

Au regard de ces constats, plusieurs recommandations sont formulées.

Ils recommandent l’Etat congolais, d’accompagner techniquement et financièrement les chercheurs nationaux dans la recherche Action pour la production des vaccins au niveau local.

D’user de son pouvoir pour permettre aux chercheurs congolais et africains de fabriquer les vaccins localement.

Une trentaine d’organisations de la société civile et étatique ont pris part à cette activité.

Ils ont suggéré Lunacop d’organiser d’autres activités et d’amener la communauté à s’approprier cette campagne.

Christian Kika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *