Bukavu : L’Eglise catholique reconnait le mérite d’Annie Bukaraba

Une distinction honorifique est décernée à Annie Bukaraba. L’Eglise catholique locale justifie cette considération à travers les services qu’elle juge de loyaux de la part de la lauréate dans le cadre de la promotion des droits humains. C’est à la salle Concordia de l’Archidiocèse de Bukavu que la cérémonie s’était déroulé le 24 mars dernier.

Militante des droits de l’homme en générale et celle de la femme en particulier, Madame Annie BUKARABA vient de recevoir un prix. Il est nommé « prix de Femme Brave » remis par ce service de l’Eglise catholique au niveau de l’archidiocèse de Bukavu. C’est par le truchement du Centre OLAME que dirige des mains de maitre, Mema Mapenzi.

En guise de reconnaissance pour les services rendus, l’activiste des droits humains pensent que « c’est une fierté de voir que la communauté qu’elle sert apprécie son travail ».

Devant elle, ce prix représente une grande valeur. Elle motive ses propos par le fait que c’est une organisation locale qui veille à sa remise d’autant plus qu’elle a eu le temps d’évaluer sa prestation.

Annie Bukaraba est responsable du conseil d’administration du Service Par, Pour et Avec la Femme, Seppaf. Cette chevronné d’actrices et militantes des droits humains fait partie de 46 femmes braves identifiées et qui travaillent dans différents domaines au Sud Kivu.

Il s’agit des femmes infirmières, celles des ONG, et d’autres qui attirent l’attention de l’opinion de par leur particularité à promouvoir leurs œuvres qui concourent à l’avancement et au développement de l’église catholique au sein de l’archidiocèse de Bukavu.

Leur combat est la lutte en faveur des droits des femmes. C’est pour cette raison qu’elles assument les services leur confié visant ainsi la promotion intégrale de la femme et l’assistance aux personnes en besoin.

D’après des témoignages, elles se sont démarquées au sein de l’église en répandant la bonne nouvelle et la matérialisation de sa doctrine sociale fondée sur la dignité de la personne humaine.

Point focal du Fonds pour les Droits Humains Mondiaux, FDHLM, Bukaraba a travaillée dans plusieurs organisations nationales et internationales. C’est entre autres la GTZ où elle a presté comme chef de projet.

Dans le Haut-Commissariat pour les Réfugiés, HCR, elle a assumé successivement les postes d’assistante au rapatriement des réfugiés, assistante à la protection, assistante aux services sociaux et communautaire.

Cette experte genre a été Coordinatrice programme au Sud Kivu de l’ONG Alert International puis coordinatrice de Programme dans l’Est de la RDC, et enfin comme Directrice Nationale.

L’histoire retiendra qu’elle a assumé les fonctions de Chargée de Formation en Genre et transformation des conflits ainsi qu’en leadership féminin. C’était au Search For Common Ground dit Centre Lokole.

Actuellement elle est consultante au Fonds pour les Droits humains Mondiaux en ce qui concerne le programme pour la République Démocratique du Congo.

Fervente dans l’église, le weekend elle passe son temps en réalisant quelques activités s’inscrivant dans la bonne action appelée « apostolat ». Elle veille à encadrer des femmes veuves, et autres femmes et filles vulnérables.  

Claudine Lumvi.

Partager pour informer les autres

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*