0 2 minutes 5 jours

La société civile et les mouvements citoyens accordent un sursis de 24 heures à Airtel  pour améliorer ses services.

Dans le cas contraire,  cette maison de télécommunication ferme ses portes et démonte ses installations dans la province   du  Sud-Kivu.

Des manifestants viennent d’effectuer un sit in et de lancer cet ultimatum, ce mardi 11 juin, devant le bureau d’Airtel   sur le boulevard Lumumba  en diagonale de la mairie de Bukavu dans la commune d’Ibanda.

Le  Comité local de gouvernance participative, CLGP, la Ligue des consommateurs des services au Congo Kinshasa, LICOSKI et quelques mouvements citoyens sont les organisateurs  de la manifestation pacifique et protestataire.

Ils estiment que la qualité de services qu’Airtel offre à ses abonnés est médiocre.

Pis encore, cette  maison vend les cartes SIM en désordre  et insécurise la population.

Des inciviques utilisent ces cartes pour commettre des forfaits et des crimes.

Airtel exagère aussi dans la tarification des forfaits appel et internet.

Les manifestants promettent des actions de grande envergure jusqu’à ce qu’ils aient gain de cause ou qu’Airtel ferme  ses portes et  démonter ses antennes au Sud-Kivu.

 

Héritier Bashige

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *