0 2 minutes 4 mois

Le seuil de la dette publique de la RDC  atteint le cap de 10 milliards de dollars américain.

Les sources au sein de la direction générale de la dette publique DGDP en sigle vient de relever hier dimanche 7 avril 2024.

Cette hausse capitale de la dette publique est due aux dépenses de l’administration publique centrale.

Ces dépenses sont supérieures aux recettes publiques observées depuis 2019.

Une situation qui inquiète  l’opinion à quelques jours de la promulgation du nouveau gouvernement dirigé par la première ministre  Judith Tuluka récemment nommée.

Le nouveau gouvernement aura à faire face à cette situation malencontreuse estime un économiste interviewé par la rédaction du journal le souverain libre ce lundi 8 avril 2024.

Pour lui, avoir une dette publique très élevée constitue un frein à la croissance économique.

Il ajoute qu’elle réduit l’épargne disponible, augmente le taux d’intérêt ou réclame une diminution des dépenses publiques productives ainsi que l’augmentation des impôts

Pour que le gouvernement pallie à cette situation, il dispose de deux issues à savoir l’amortissement, qui stipule que l’état rembourse plus qu’il n’emprunte, et la banqueroute, c’est-à dire l’annulation d’une partie de la dette, renchérit notre source.

Signalons que la dette publique de la RDC a été allégée pour la dernière fois en 2010.

Celle-ci passant de 13 704 000 à 2 931 000 milliards de dollars.

Loic Mambo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *