0 2 minutes 1 mois

135 champs, dont 76  dans le sous-village de Lurhole et 59 dans le sous-village d’Itara, demeurent inondés.

Ces inondations sont  dues à des quantités  de terre entraînées dans la rivière Ruzizi, qui empêchent   les eaux de couler naturellement et librement. .

Le  comité des cultivateurs victimes  de Cifunca affirme que les eaux  qui stagnent dans leurs champs,  les empêchent de labourer et détruisent les plantations.

Selon eux, Ils ne sauront vivre sans l’agriculture qui est le besoin primordial de survie.

La société civile  de Mudusa  confirme ces informations et alerte sur les catastrophes naturelles et sur les dégâts matériels  enregistrés et éventuels.

Elle demande aux autorités d’user de leurs moyens possibles pour évacuer les masses de terre de la rivière Ruzizi.

Ces masses de terre renvoient des grosses quantités d’eau de la rivière dans  les champs.

Les éboulements des terres de la colline rwandaise Nyamagana sur le sol congolais font qu’il n’y ait plus de frontière  terrestre entre les deux pays.

Les  villages Lurhole et Itara restent victimes des catastrophes naturelles.

 Lamberte Wakenge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *