Bukavu : « Le poisson pourrit par la tête » devient un adage illustrant la gouvernance au Sud Kivu (Arnold Nyaluma).

« Si les faits cités à travers les griefs soulevés dans la motion initiée par certains députés contre Théo Ngwabije s’avéraient vrais, cela constituerait une faute grave de la part du chef de l’exécutif provincial ».

Cette lecture ressort d’une analyse faite par maître Arnold Nyaluma Mulagano. Le professeur Nyaluma pense qu’une motion constitue un exercice normal sur le plan de la promotion de la démocratie à travers le pilier  redevabilité.

« Les gouvernants doivent rendre des comptes. Et si la motion n’a pas obtenu un nombre favorable de députés, cela ne veut pas dire que le répondant est un oint de Dieu » indique Mulagano.

Ce défenseur des droits de l’homme atteste que des députés ne peuvent pas lancer une pétition contre le gouverneur sans pour autant avoir des preuves tangibles quant aux faits lui reprochés. Si le comportement reproché au gouverneur s’avère vrai, Ngwabidje aura commis un acte inhumain, a ajouté cet enseignant d’université.

Nyaluma est persuadé que si des enquêtes se poursuivent, la vérité sur ce dossier jaillira au grand jour et les sinistrés seront remis dans leurs droits.

Le samedi 26 décembre, lors d’une plénière, après vote, les députés provinciaux ont rejeté la motion contre Théo Kasi. Sur les 44 députés provinciaux présents dans la salle, 17 ont voté pour la déchéance du Gouverneur. 26 ont voté contre et 1 élu s’est abstenu.

Il est reproché au gouverneur d’avoir détourné plus d’un milliard de francs congolais. Une somme destinée aux victimes de l’incendie survenu à Nyamugo en 2019.

·         Trésor Ilanga

·         Egide Kitumaini

Partager pour informer les autres

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*